Dreamstime_Hopono_Modifiée
© Vvvita | Dreamstime.com

Avant de présenter le Ho’oponopono, il me paraît nécessaire de clarifier la notion de pardon. Certaines personnes que j’ai rencontrées, et moi-même à une époque, encore ancrées dans des sentiments de colère, de haine, de souffrance profonde, refusions même l’idée de pardonner.

Ce refus est dû essentiellement à un malentendu sur la définition du pardon, tel qu’utilisé en spiritualité.

Voici un exemple typique de la définition du pardon qui nous est généralement transmise par la société :
Une mère demande à sa fille de pardonner à son mari qui l’a trompée.
Ce qui intéresse la mère dans ce cas-ci dans sa notion de pardon, est que tout redevienne comme avant, comme si de rien était. Elle veut que sa fille enfouisse sa souffrance, excuse son mari, l’expie de ses actes, évite le scandale et/ou la discorde, et reprenne sa vie bien rangée.

Pardonner n’est pas excuser.

Le pardon n’expie pas les autres acteurs de leur responsabilité dans la situation dont il est question, et ne va avoir aucune incidence sur leur vie et leur personnalité. Ils ont eux-mêmes leur propre guérison et leur propre pardon à faire.

Pardonner ne signifie pas que vous allez retourner dans la même relation avec les autres acteurs, telle qu’elle était avant.

Le pardon, c’est quoi alors ?

Le pardon nous permet de nous libérer d’une situation qui a provoqué colère, souffrance, amertume, traumatisme, peurs, culpabilité et autres émotions et sentiments négatifs.

Le pardon permet également d’apaiser les karmas.

Il s’agit pour nous même de lâcher prise et de trouver la paix. Nous pouvons ensuite tourner la page et passer à autre chose qui nous correspond mieux et qui nous rend plus heureux.

Le pardon se fait par nous, pour nous.

Le pardon peut aussi se faire avec une partie de soi-même, avec un objet, une énergie, un concept, un pays, un groupe, une idée, une entité, une divinité, à peu près tout ce avec quoi nous pouvons rentrer en conflit pour une raison ou pour une autre.

Gardons également à l’esprit que pardonner peut demander du temps. Se lancer dans un pardon juste après une situation ayant déclenché une forte réaction émotionnelle parce que notre mental sait que ça nous aidera à nous libérer, n’aura pas d’effet. Cela engendra peut-être même une grosse migraine, car nous avons nié ce qui venait à nous. En effet, nous avons besoin dans un premier temps de vivre la situation et de se laisser traverser par les émotions qu’elle a provoquées.

Le Ho’oponopono

Le Ho’oponopono est originaire de Hawaï. C’est un enseignement spirituel qui apporte une vision plus élevée de notre réalité. Bien que le Ho’oponopono est un mode de vie riche et complet en lui même, je ne vous présenterai ici que le mantra du pardon, que j’appellerai Ho’oponopono.

Pour utiliser le Ho’oponopono, il est nécessaire d’avoir bien pris conscience de la responsabilité de chaque acteur dans une situation, et de l’influence du triangle victime-bourreau-sauveur.

Tous les acteurs d’une situation portent chacun leur part de responsabilité. Il ne s’agit pas de juger qui à tort et qui a raison, mais de reconnaître que chacun avait sa place dans le rôle qu’il a joué, et que la situation a permis de mettre en lumière nos parts d’ombre.

Nous vivons tous une incarnation que nous avons choisi de vivre, que celle-ci soit confortable ou non. Tout ce que nous vivons permet à notre âme « d’accumuler » différentes expériences de vie. Les personnes avec qui nous partageons ces expériences de vie sont nos complices.

Le Ho’oponopono comporte 4 étapes.
Vous adapterez le mantra à votre situation en nommant les acteurs et les rôles joués.

Au début, il vous sera peut-être nécessaire de réaliser ce mantra de manière complète, c’est à dire de prendre le temps en vous posant dans un endroit tranquille, d’ouvrir votre cœur et de réciter chaque étape du mantra.
Plus tard, à force de pratique, la démarche sera inscrite dans vos corps, et après que vous aurez conscientiser la situation, une simple intention de Ho’oponopono suffira.

Ho’oponopono

S’excuser
Je m’excuse de [rôle joué dans la situation].

Pardonner
Je me pardonne de [rôle joué dans la situation].
Je pardonne [autre acteur] de [rôle joué dans la situation].
Je me pardonne, ainsi qu’à [autre acteur] d’avoir co-créé ensemble cette situation, d’avoir joué les rôles que nous avons joué.

Remercier
Merci à moi, merci à [autre acteur], d’avoir co-créé cette situation, qui m’a apporté la sagesse, m’a fait grandir et m’a permis d’être celle/celui que je suis aujourd’hui.

Aimer
Je m’aime.
J’aime [autre acteur].
Je me reconnais en tant qu’être œuvrant pour la lumière
Je reconnais [autre acteur] en tant qu’être œuvrant pour la lumière.

Ho’oponopono avec les autres

Bien que j’ai insisté plus haut sur le fait que le Ho’oponopono est une démarche personnelle, il peut être réalisé entre les différents acteurs d’une situation. Chacun a alors fait ou est en train de faire un travail de guérison sur le rôle qu’il a joué (ce qui implique une évolution de sa personnalité) et une communication bienveillante permettent un face à face.

Toutefois, le Ho’oponopono de chaque acteur, avec l’énergie, l’intention et l’amour mis dedans n’aura d’impact direct que sur ce dernier. Chacun est donc responsable du travail qu’il a mis en œuvre.