Les offrandes au monde invisible est une pratique universelle.

Elles peuvent être une bougie, de l’encens, de l’eau bénite, de l’alimentation, des fleurs, un dessin, une pierre, une énergie, des coquillages…Nous pouvons laisser libre cours à notre imagination, l’intention et l’énergie mises dedans étant le plus important.

A mes premiers contacts avec le monde invisible, l’une de mes premières actions a été de faire un autel et d’y déposer des offrandes. Ce rituel me permettait de sentir de manière tangible ma connexion avec les êtres invisibles. Par mon geste, je marquais de manière concrète ce en quoi je croyais.

J’ai ensuite commencé les soins bioénergétiques et la géobiologie. Différents êtres invisibles et guides interviennent dans les soins, et les offrandes étaient requises.

Régulièrement, j’offrais donc des boissons alcolisées, des fruits secs, des bougies, de l’eau bénite, des gouttes d’huile essentielle, que je bénissais avec tout mon amour et ma gratitude, pour les remercier.

L’énergie dans mon appartement devenait très dense de manière instantanée, car tout le monde apparaissait en même temps pour accepter mon présent.
« Allez-y, c’est Open Bar ! », que je disais, ce qui amusait les guides.


Voici d’ailleurs une question que nous nous posons, lorsque nous offrons de la nourriture…

…Jetons-nous ou pas la nourriture après ?

Cela dépend de votre intention lorsque vous faites votre offrande.
Si vous décidez de ne pas garder la nourriture, les êtres invisibles consommeront son énergie. La nourriture sera alors « vide ».
Si vous décidez de garder la nourriture pour votre consommation, après s’être nourris de son énergie, les être invisibles l’imbiberont de leur propre énergie divine. Vous aurez alors un aliment vidé de son énergie d’origine, mais empli d’une énergie de lumière.


Au bout d’un moment, mes tentatives d’offrande ont commencé à être entravées :
– j’oubliais de faire mes achats,
– quand je voulais faire mes préparatifs, j’étais prise d’un coup de fatigue,
– je sentais que mes gestes étaient faits « dans le vide ».

J’ai malgré tout insisté, jusqu’au jour où personne n’est venu.

Les guides voulaient me faire comprendre que les offrandes n’étaient plus une obligation, elles n’étaient plus requises ni pour les soins, ni pour les initiations.

Ils m’ont dit qu’en réalité ce n’était pas une nécessité.

Je leur ai ensuite demandé pourquoi alors avaient-ils exigé des offrandes au début.

Ils m’ont expliqué que cela m’avait permis d’expérimenter et d’accueillir la gratitude.

En effet, à chaque fois que je faisais une offrande, je me remplissais de gratitude pour tous ces êtres de lumière qui étaient à mes côtés et qui m’accompagnaient. Je les remerciais pour toute la magie et les émerveillements que je vivais au quotidien. Je les remerciais pour leur amour inconditionnel et leur immense sagesse.

A mesure que je m’emplissais de gratitude à chaque offrande, j’inscrivais cette gratitude en moi, dans mon ADN.

Aujourd’hui, je fais des offrandes pour le plaisir d’offrir et de partager, sans exigence et sans obligation.

Les rituels ont aussi laissé la place à la spontanéité du moment.

Il m’est arrivé par exemple de partager mon assiette de repas quand j’ai senti l’intérêt des êtres autour de moi se manifester. Et cela me rempli de joie.

Les offrandes peuvent se faire sur une nappe en soie comme sur un coin de table. Elles peuvent se faire dans des plats spéciaux et joliment décorés comme sur une feuille tombée d’un arbre.

Seule compte l’intention que vous mettrez dans votre geste.


Et pour finir :

Saviez-vous que l’urine et le sang font de très bonnes offrandes ?

– L’urine a un niveau vibratoire très élevé. Si vous devez faire un petit pipi en pleine nature, pensez à en faire une offrande et à vous soulager avec cette intention. Ou chez vous, dans un verre, c’est aussi possible !

– Le sang a également un fort niveau vibratoire. Le sang des menstruations par exemple peut tout à fait être offert à vos guides de lumière. (Vous pouvez ensuite leur demander de couper les liens entre vous et le sang avant de le rendre à la Terre physiquement ou de manière symbolique.)